Slam, Coeur-Papillon

Coeur-Papillon

 

Pour toi mon frère, bientot 13 ans d'existence...

 



Il a essayé de s'envoler

Son cœur-papillon l'en a empêché.

Ce petit cœur qui battait si gaiement,

Un peu trop pour ce corps d'enfant.

Malgré son sourire radieux

Il est mal-formé et boiteux

Et tente sans succès de fonctionner.

 

Personne ne l'avait remarqué, ce petit garçon,

Vraiment trop maigrichon...

Lui aussi, faisait comme si

Mais sa couleur l'a trahie :

Les cheveux blonds, la peau bleue

Comme ses yeux.

 

Sa vie vient à peine de commencer

Il est déjà essoufflé !

Son cœur commence à battre

La marche funèbre.

Il s'avance lentement vers cet avenir grisâtre,

Un mot sur les lèvres

Espoir.

Enfin, on l'a remarqué.

Des hommes en blanc sont venus le voir

Et l'ont ouvert comme un vulgaire poulet.

 

Ils ont bouché les trous

Aorte, myocarde, ventricules, oreillettes.

Il n'en manque plus un bout

Tout marche comme sur des roulettes.

 

Il s'appelle Marcel

Et enfin sa peau n'a plus la couleur du ciel.


Agathe

 

2 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires (5)

1. Mickjhoncardon (site web) 29/04/2013

Un très joli poème pour ce cœur Tatillon qui s'est finalement transformé en un joli Papillon...

Merci pour ce beau partage...

Mick.

2. Manu Edouard Moulin (site web) 29/04/2013

Belle métaphore que ce coeur papillon...
Bien dure épreuve que cette maladie.
Texte touchant chargé d'émotion et de sensibilité.
Amitié,au plaisir de te lire encore,et encore.
Manu

3. Morgane (site web) 29/04/2013

L'histoire est touchante et l'écriture la retranscrit avec sensibilité

4. Patrice.truffot (site web) 29/04/2013

Tout d'abord, la trouvaille de ton pseudo ne manque pas de charme.... Le poème est mené avec la force et la délicatesse qui convenaient pour un tel sujet. Seule petite réserve, le 'vulgaire poulet' est une image dont la dureté me parait décalée avec la finesse du reste du texte, et rime faiblement. En revanche, j'aime beaucoup la délicatesse de la métaphore finale.

Amicalement - Patrice

5. Marcel 30/05/2013

C'est moi!

Ajouter un commentaire